Category

Mes films préférés

A la demande de Serge Calin, un internaute fréquentant ce blog, je vous ai mis en ligne la suite du premier extrait présentant ce film absolument génial. Si vous souhaitez connaître les détails de sa distribution, aller voir dans les archives, rubrique “Mes films préférés“. Voilà, Serge, j’espère que tu es satisfait et heureux…

Film de Jean Becker sorti le 3 mars 1999. Scénario : Sébastien Japrisot. Avec : Jacques Villeret, Jacques Gamblin, André Dussollier, Michel Serrault.
Ben oui… j’adore ce film. N’en déplaise au chinago, ce film est une bulle de fraîcheur. Il ne raconte rien, ne dénonce rien mais il emporte le spectateur dans un bain de fraîcheur, de légèreté et de douceur. On regarde le film en regrettant ; en regrettant que ça n’existe plus des endroits comme ce marais. Putain de progrès…

Film d’Eric Lavaine sorti le 25 octobre 2006. Scénario : Eric Lavaine, Héctor Cabello Reyes. Avec : Clovis Cornillac, Julie Depardieu.
J’aime bien les petites comédies françaises bien faites avec une bonne idée. Ici, une bande d’homosexuels hante une maison où ils sont “bloqués“ depuis 1979. Le nouveau propriétaire est le seul à les voir et les entendre et il va rapidement passer pour un fou auprès de sa femme et ses proches. C’est un film très “Canal +“ : Eric Lavaine, le réalisateur, et son co-scénariste Héctor Cabello Reyes se sont rencontrés dans les bureaux de la chaîne Canal+. Pendant que le scénariste Héctor Cabello Reyes intégrait l’équipe de “Nulle Part Ailleurs“, le réalisateur Eric Lavaine, en place depuis 10 ans sur la chaîne, écrivait de très nombreux sketchs pour « Les Guignols de l’info » et « Les Robins des Bois ».

Film de Jean Renoir sorti le 9 juin 1937. Scénario : Charles Spaak, Jean Renoir. Avec : Jean Gabin, Pierre Fresnay, Erich Von Stroheim.
Pas pareil le film. Il va encore faire enrager l’ami bridé mais tant pis. On ne peut pas tenir un blog convenable qui parle de cinéma et ne pas parler de “La Grande Illusion“ ou de “La Soupe aux Choux“. Promis Niaquoué, je vais te chercher un film hollywoodien avec plein d’explosions et de scènes violentes mais essaye d’ouvrir tes yeux (je sais, c’est pas facile vu que qu’avec tes paupières formosanes, tu vois la moitié de ce qu’un caucasien normal embrasse d’un seul coup d’oeil). Sachez vous autres, que le jury du Festival de Venise n’osa attribuer que le prix de la meilleure contribution artistique à “La Grande Illusion“, mais que cette récompense provoqua tout de même la colère des autorités mussoliniennes et nazies. Le film fut censuré en Italie et en Allemagne mais il fut nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur film en 1939. Un fait rarissime pour un film étranger. En 1958 à Bruxelles, une liste des 12 meilleurs films de tous les temps fut établie après une consultation internationale. La Grande illusion fut le seul film français à y figurer.

Ce film est dédicacé aux français expatriés en Chine. Ceux qui critiquent notre cinéma national. J’espère que la scène sélectionnée spécialement pour les amateurs d’arts martiaux, comblera les amateurs de films made in Taiwan.
Film d’Alain Chabat sorti le 30/01/02. Scénario : Alain Chabat. Avec : Christian Clavier, Gérard Depardieu, Jamel Debbouze, Gérard Darmon…
Luc Besson a réalisé une scène du film. Ça l’amusait de venir sur le tournage et il en a demandé la permission à Chabat. Celui-ci a répondu qu’il n’y avait pas de problème : “je lui ai demandé quand il voulait venir et il m’a répondu le jour où c’est le plus compliqué. Il a fait des plans mortels le jour des 2 000 figurants ».

Film de Patrice Leconte sorti le 1er novembre 1978. Scénario : Balasko, Blanc, Jugnot, Leconte, Lhermitte, Chazel. Avec : les mêmes.
A la base, c’est une pièce de théâtre qui s’appelait “Coquillages et crustacés“ qui a rencontré un gros succès (1 an à guichet fermé) puis c’est devenu un film qui a aussi rencontré un gros succès (2,3 millions d’entrée). Ce film bouscula pas mal de choses à l’époque où il est sorti. L’humour était alors dominé par de Funès, les Charlots, Jean Lefebvre etc. alors vous imaginez le choc avec cette bande qui sortait de nul part !

Flm de Jean-Marie Poiré sorti le 25 août 1982. Scénario : Balasko, Chazel, Clavier, Jugnot, Lhermitte, Moynot, Poiré. Avec : les mêmes + l’excellent Jacques François.
On aime tous ce film. Cette scène m’a TOUJOURS fait rire. C’est immanquable. Je ne peux réprimer de rire lorsque Jacques François dit : “mais qu’est-ce que c’est que cette matière ?“
Saviez-vous que le premier titre de ce film était : “Le Père Noël s’est tiré une balle dans le cul“ mais, jugé trop virulent, les producteurs ont demandé aux artistes de choisir un autre titre. Ils ont bien fait, non ? Cela n’a pas empêché la RATP et la Ville de Paris de refuser de louer des emplacements publicitaires pour l’affiche du film, car son titre était jugé politiquement incorrect. Dernière chose qui fait plaisir à lire quand on est un artiste : le film à sa sortie n’a pas été un succès (437 000 entrées) et c’est avec le temps et la TV qu’il en est devenu un…

Film de Francis Ford Coppola sorti le 26 septembre 1979. Scénario : FF Coppola et John Milius. Avec : Martin Sheen, Marlon Brando, Robert Duvall.
C’est le premier film que j’ai vu au, feu, Kinopanorama de Paris. Waou ! J’étais sorti de là complétement sonné. Les images, l’histoire, la musique, la mise en scène et les acteurs m’avaient mis complétement à l’envers. C’est amusant de regarder le film en 2007 et de constater que les Etats-Unis sont toujours les Etats-Unis. Peu importe les coordonnées GPS des conflits auquels participent les “gendarmes du monde“, les erreurs sont les mêmes… Désespérant. Le personnage du colonel Kilgore, interprété par Duvall est fascinant. Il aime cette guerre. Il a un amour presque charnel pour elle. Il en aime les couleurs, les sons, les odeurs… Un Donald Rumsfeld de terrain en quelque sorte.
Pour la petite histoire, sachez que le tournage a duré 16 mois au lieu de 6 semaines à cause d’un ouragan qui a détruit les décors et d’un accident cardiaque de Martin Sheen qui a été caché à la production car Coppola avait peur que le tournage soit arrêté. Il a d’ailleurs menacé plusieurs fois de se suicider, a investit une partie de son argent et a perdu 40 kilos derrière la caméra. Autre info de taille : c’est Steve Mc Queen qui devait interpréter le rôle tenu par Martin Sheen mais la star a refusé…

Film d’Olivier Marchal sorti le 24 novembre 2004. Scénario : Olivier Marchal, Franck Mancuso, Julien Rappeneau. Avec Daniel Auteuil, Gérard Depardieu, André Dussollier.
Attention chef d’œuvre. Oui. J’ai lâché le mot et il ne me fait pas peur. Je ne l’ai guère employé mais là, sur ce film, il mérite de l’être. Tout ici est grand : l’histoire, la mise en scène, les comédiens, la musique, la “photo“ avec ses reflets bleutés… C’est le cinéma que j’adore. Il aurait pu être tourné il y a 40 ans avec Jean Gabin et Alain Delon dans les rôles principaux. On y retrouve l’odeur et l’atmosphère des films noirs d’autrefois et cela est réjouissant. A noter que l’histoire de ce film où se font face 2 policiers aux méthodes et à la morale résolument différentes est inspirée d’un fait réel : la bavure de la rue du Dr Blanche. Petite info avant que vous ne pressiez sur la touche “play“ : Daniel Auteuil devait jouer le rôle finalement interpréter par Depardieu qui a rejoint le projet tardivement.

Film de Jean Renoir sorti en 1938. Scénario : Jean Renoir. Avec : Jean Gabin, Carette, Simone Simon, Fernand Ledoux.
Attention, ici, on parle de l’âge premier du cinéma. En noir et blanc avec un son qui crachote et une histoire qui raconte les mœurs d’une autre époque. C’est la deuxième collaboration entre Jean Gabin et Renoir qui s’étaient déjà frottés ensemble sur le plateau de “La Grande Illusion“, autre chef d’œuvre. Ils attendront presque 20 avant de se retrouver pour “French Cancan“. C’est drôle de voir le parcours d’un Gabin. Il était une star avant guerre avant d’être oublié, voire ringardisé après la fin de celle-ci. Il a eu raison d’y croire car sa carrière a connu un nouveau départ dans les années 50.

1 2 3 4 5 6 8

Archives

facilisis ut Donec ipsum consectetur venenatis Lorem leo. venenatis, ipsum

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer