Blog

Mon Jardin secret

IMG 8066
Hier, j’étais à l’hôtel Fairmont de Monte-Carlo pour animer la convention commerciale de Royal Canin. Je n’ai jamais vu de boite aussi cool, aussi chaleureuse dans ses rapports humains, aussi simple dans son management.
Présidée par Jean-Lin Pelatan, personnage abordable, humble et brillant de 45 ans, je me suis régalé à animer cette convention dans ce lieu magique. Royal Canin fait partie depuis 2006 de Mars Alimentation mais a été créée par un français et elle fête cette année ses 50 ans d’existence.

IMG 2174
1900 personnes étaient réunies aux Docks des Suds pour la grande messe annuelle de la CMA-CGM. Les salariés ont eu droit à un discours de Rodolphe Saadé, fraichement élu à la tête de l’entreprise, à un show laser et 3D, à un orchestre live… et moi.

IMG 7029
Quand j’écris un petit film, je ne me censure pas et je ne me pose aucune barrière. Par exemple, si je pense qu’il serait drôle que le personnage que je vais incarner soit déguisé en femme, je l’écris tel quel. Je ne me pose aucune question de pudeur et n’éprouve aucune honte a priori.
Et puis viens le moment où je réalise. Je suis alors en studio, entouré de Smahane, la maquilleuse avec qui je travaille depuis 10 ans, du cadreur, du monteur, des personnes du studio, de l’agence de publicité et du client et puis j’entre sur le plateau sous leurs regards interloqués et moqueurs. Et là, parfois, je regrette ! Je me dis “quel con !“ mais c’est trop tard.
Et voilà encore un spot de tourné pour la Caisse d’Epargne. Heureusement, c’est de la communication interne et personne, à part les milliers d’employés de la Caisse d’Epargne, n’assistera à ce naufrage artistique.
Depuis que je tourne ces spots (15 épisodes), je n’ose plus me rendre dans une agence bancaire de l’écureuil. En regardant la photo, vous comprendrez facilement pourquoi…

iStock 455206011
Il y a des moments où je me dis que la vie est vraiment belle, que l’espoir est toujours quelque part, ne demandant qu’à être découvert, telle une truffe posée sur un matelas d’humus, sous une couverture de feuilles d’automne. On ne la voit pas, on ne la sent pas encore mais elle est là, fantastique trésor des gastronomes, caché à l’abri des regards, tel un butin de pirate perdu dans une épaisse forêt. Elle se donnera au plus téméraire, au plus méritant, plus rarement au chanceux.
L’espoir est ainsi : on ne le voit pas toujours et on en vient parfois à se demander s’il existe vraiment, si ce n’est pas une chimère, une histoire que certains se racontent pour se rassurer et se donner le courage de continuer. L’espoir est blagueur, il aime jouer à cache à cache. Plus nos angoisses sont tenaces, plus nos doutes nous asphyxient et plus ses cachettes sont pointues, élaborées, reculées… plus l’espoir est difficile à débusquer. Mais quant on y arrive, quand on le tient enfin, quelle joie !
Je l’ai trouvé cette semaine, ce foutu espoir après qui je courrais depuis quelque temps. Il se terrait du côté de Hong-Kong, de Bagnols-sur-Cèze, de la Calanque du Port d’Alon avant de se faufiler en bas de chez moi. “Coquin de sort !“ comme dirait un personnage de Marcel Pagnol ; l’espoir se faisait globe trotteur et s’amusait à traverser les fuseaux horaires, à s’affranchir des distances et se grimer pour que je ne le trouve pas. (suite…)

Archives

nec ut mattis ipsum lectus diam eget efficitur. dolor.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer