Tag

TGV

l etat de la carcasse encastree sous la motrice temoigne de 1584628 800x400
Jeudi soir, après une journée de tournage éprouvante, nous étions heureux de prendre place dans la voiture 2 du train 5214 affrété par la SNCF qui devait nous amener à grande vitesse vers nos maisonnées où nous attendaient compagnons et compagnes, impatients de nous étreindre après une courte mais douloureuse séparation. Enfin, je parle pour les gens vivant en couple car pour ma part, seule une lessive à étendre guettait mon retour.
J’étais entouré dans ce wagon de la joyeuse équipe commerciale et créative d’HighCo Shopper ainsi que de mon cadreur Christophe et nous étions tous satisfaits des images que nous ramenions dans nos bagages.
Nous étions censés pénétrer en gare Saint-Charles à 23h18 après un voyage de 5 heures à travers les paysages de France. En principe.
En effet, c’était sans compter un chevreuil dépressif qui avait décidé hier soir de mettre fin à ses jours en se jetant sous les boggies de la motrice de notre train. Je ne connais pas le nom de ce pauvre animal mais d’après ce qu’on a appris ultérieurement, il n’était pas au mieux de sa forme depuis que toute sa famille eut été décimée par l’amicale des chasseurs de Chasse-sur-Rhône. La bête avait perdu l’appétit, sa libido et se réfugiait dans un mutisme inquiétant dont ses congénères n’arrivaient pas à l’extraire. Même les matches de l’OM n’arrivaient plus à la faire rire, c’est vous dire l’état dans lequel elle était.
L’animal avait déjà tenté de se suicider en se précipitant sous les roues d’un scooter mais à part une luxation de l’épaule, il s’en était sorti quasiment indemne (ce qui ne fut pas le cas du conducteur du 2 roues qui dû troquer sa mobylette pour un déambulateur depuis sa douloureuse rencontre avec le cervidé).
Mais hier soir fut la bonne pour lui et c’est avec beaucoup de dignité et de courage qu’il se plaça sur les voies afin d’attendre le Lille-Europe de 18h26. Renseigné sur les horaires, il ne fut pas surpris lorsque la locomotive le percuta à 280 km/h au niveau de son fessier. Et c’est même avec une dernière lueur de fierté dans l’œil que le gibier se regarda battre le record du monde de saut en longueur (titre non homologué car aucun officiel n’était présent sur place). Ballot.
Le geste du désespéré occasionna un retard de 3 heures à notre train mais nous étions tous trop tristes pour nous en soucier. J’ai essayé d’organiser une quête dans notre rame afin de récolter quelques espèces pour aider les amis du défunt à surmonter cette épreuve mais je dois avouer que je n’ai pas obtenu grand chose et que je dus vite regagner ma place sous les huées et quolibets de passagers à bout de nerfs.
Je me demande si la SNCF ne devrait pas mettre en place une aide psychologique pour tous les animaux de la forêt stressés par la disparition de leur habitat ou simplement angoissés à l’idée de finir en venaison. Ça nous permettrait de dormir plus de 4 heures.

TGV Duplex
Je suis bien rentré après plusieurs vols pris sans embûches ni retards. Cela m’a changé de l’aller et je ne m’en plains pas… Je suis bien rentré et après avoir câliné mes petits bébés qui étaient bien contents de me retrouver après 10 longs jours sans me voir, j’ai dû repartir pour… Lille. C’est moins riant et sexy que la Floride mais j’y ai un rendez d’une heure et demi que je ne pouvais manquer et qui m’a été fixé lundi après-midi alors que je faisais escale dans un aéroport américain. J’ai même trouvé le luxe d’effectuer ma réservation de TGV à 11 000 mètres d’altitude entre Fort Myers et Philadelphie ! La classe, non ?
Bien que l’idée de me taper un aller et retour dans la journée (alors que je suis exténué de mon périple et encore sous le coup du décalage horaire) ne me dise rien,  je ne pouvais pas remettre ce rendez-vous qui peut me donner l’occasion d’approfondir la découverte de notre planète bleue. Je vous en reparlerai quand cela sera concrétisé et signé (je croise les doigts).
Demain, je ré-attaque les enregistrements de mon émission avec deux invités que j’aime beaucoup : Mina Merad, la petite sœur de Kad et Pierre Bonneric, le président du comité de soutien des otages français au Sahel. Demain matin également, je caste une comédienne pour le nouveau numéro de Breaking News qu’il m’a été demandé de produire en collaboration avec l’agence Artkom. Nous allons tourner cette fois-ci à Rivesaltes et je suis bien heureux à l’idée de retrouver mon ami Bruno Gallisa pour de nouvelles aventures audio-visuelles.
Je profite des 10 heures de TGV que je m’avale dans la journée pour préparer au mieux ces émissions bien que je vienne d’être dérangé par une passagère. Cela ne vous est jamais arrivé de tomber sur ce type de personnage indélicat ? Vous êtes assis en place 36 au lieu de la place 35 (c’est un exemple, ça marche aussi avec d’autres numéros) située juste à côté de la vôtre et une passagère montée en gare après vous, arrive à votre hauteur et vous fait de petits signes de la main, tel le Bernardo de Zorro, car vous portez un casque sur les oreilles et que vous ne comprenez pas un traître mot de ce qu’elle essaye d’exprimer.
Vous retirez vos écouteurs afin de connaître l’objet de son tourment et elle vous explique alors qu’elle souhaiterait s’assoir à SA place, ce qui est bien légitime. Vous lui expliquez à votre tour que vous êtes sur le siège libre juste à côté du sien en espérant secrètement que cela l’attendrisse et qu’elle accepte de s’y assoir afin que cela ne vous oblige pas à ranger votre ordinateur et déplacer toutes vos affaires restées à vos pieds mais… rien n’y fait. Elle veut SA place, la place portant le numéro 36 et n’en démordra pas. Elle affiche même un petit air impatient à la limite de l’agacement.
Imperturbable, vous vous exécutez de bonne grâce tout en maudissant cet intrus venu perturber le joli paysage dans lequel vous étiez planté.
C’est là, alors que vous êtes debout dans le couloir, les bras chargés de votre sac, votre ordinateur, l’iPhone en équilibre dans une main et votre manteau dans l’autre, que la maraude prononce un timide… “Oh… si vous voulez resté là, vous pouvez, ça me dérange pas !“
Vous n’en croyez pas vos oreilles. Elle a attendu de longues minutes en vous regardant débarrasser votre place pour vous faire cette annonce. Vous la regardez avec l’envie de lui répondre violemment “tu pouvais pas le dire avant connasse ???“ Mais vous n’en faites rien car vous savez que, quelle que soit la phrase que vous pourriez prononcer, elle sentirait la colère froide émanant de vous.
Je me suis rassis à SA place et j’ai décidé de parler d’elle dans cet article où il n’était pas prévu qu’elle figure. Il faut juste que je fasse gaffe qu’elle ne lise pas par dessus mon épaule…

Archives

vulputate, eleifend consequat. venenatis, dolor. elit. amet, efficitur. elementum leo.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer