Tag

cuisine

Capture d’écran 2016 02 02 à 18.34.48

J’ai acheté un nouveau four. Pas n’importe quel four, la Roll’s Royce du four ou plutôt une Mercedes eu égard à son lieu de fabrication : un Mièle. Une folie. On dit que le miel est plein de vertus ; pour le coup, il a eu surtout pour vertu de vider mon portefeuille.
150 programmes de cuissons automatisées, des touches sensitives qu’on effleure pour allumer un panneau lumineux semblable au cockpit d’un Airbus A380, une thermo-sonde connectée directement au four par une prise jack, un aluminium brossé du plus bel effet et j’en passe. J’ai fait l’acquisition de ce four car l’autre déclenchait les détecteurs de fumée dès que je le mettais en marche. J’en avais assez de recevoir toute une garnison de marins-pompiers à la maison (étant depuis toujours rigoureusement hétérosexuel) sitôt que je faisais cuire un poulet ou un rôti de veau alors je me suis promis de me gâter si je terminais bien l’année. Ce que j’ai fait.
Le prix de ce four est indécent et il va faire pencher dangereusement la balance du commerce extérieur français dans le négatif mais je ne me suis pas résolu à acheter un Arthur Martin.
Le problème (de taille) est que je ne sais pas trop quoi cuisiner dedans… La notice et le livret de recettes livrés avec sont bien trop épais pour que je m’y risque alors je reste dans le classique : rôti, poulet, pommes de terre grenaille surgelées, pommes dauphine surgelées, pommes de terre rissolées, pommes de terre façon “potatoes“, frites surgelées et pour changer un peu, galettes de pommes de terre surgelées. La filière patatovine n’a pas de soucis à se faire : j’écoule les stocks.
Je n’ai rien à faire qu’à enfourner mes aliments (très souvent des pommes de terre surgelées, donc) dans mon écrin calorifuge, y planter la thermo-sonde et Mièle fait le reste. Il me précise même à quelle heure je pourrai passer à table en fonction de la cuisson de la viande que je lui ai demandée (pour les pommes de terre, point besoin de la thermo-sonde, un simple chronomètre suffit).
Au hasard des touches sur lesquelles j’appuie avec délice, je découvre des programme de plats qui me font doucement rêver… Gâteau au citron meringuée, clafoutis, kouglof, canard laqué, rôti Orloff… il y a même un mystérieux programme Shabat et depuis que je l’ai découvert, j’hésite à me convertir au judaïsme afin de profiter au maximum de toutes les fonctionnalités de ce four.
Bref, j’ai encore acheté une clinique pour soigner une coupure au doigt mais je n’arrive pas à résister à l’excellence, au nec plus ultra, à la démesure. Je me suis promis ce week-end de “fabriquer“ de mes mains, un vrai plat, une vraie recette qui est indiquée dans mon livre. Les marins pompiers se tiennent prêts.

Qui n’a jamais mangé une pizza sortie de son four à bois, n’a jamais mangé de pizza. Rodolphe travaillait dans les cuisines d’Alain Ducasse à Monaco, trois étoiles au Guide Michelin, et tout d’un coup, il a tout quitté pour ouvrir une pizzeria à Marseille.
En l’espace de 2 ans, sa pizzeria est devenue un lieu incontournable de Marseille et elle a été élue par le magazine GQ, comme une des dix meilleures pizzerias de France.
Son restaurant L’eau à la bouche est bondé aussi vaut-il mieux réserver…

Cette semaine, c’est au tour de Georgiana, ma voisine/amie de passer sur le fauteuil d’ “Ils font le Sud“. C’est un de mes portraits les plus réussis et je suis très heureux d’avoir pu l’interviewer pour mon émission.
D’origine béninoise (ce pays me poursuit !), elle a participé au premier jeu de téléréalité “Masterchef“ diffusé sur TF1, qu’elle termine 13e. Elle se fait cependant remarquer et démarre alors une carrière derrière les fourneaux et devant la caméra puisqu’elle vient de tourner une série d’émissions pour la chaîne “Voyage“.
Aujourd’hui elle tient un restaurant/atelier appelé “L’atelier de Georgiana“, situé au 19 de la rue Saint Jacques dans le 6e arrondissement de Marseille. Un conseil : réservez si vous souhaitez vous y rendre car c’est très souvent complet le midi.
Elle donne aussi des cours… pour ceux qui souhaiteraient progresser et apprendre à cuisiner autre chose que des coquillettes au jambon.

Archives

Praesent suscipit id eget ut ultricies tristique commodo sed ante. in venenatis

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer