J'ai vendu un scooter

P1030816.JPG1 .
Si vous atterrissez pour la première fois sur ce blog (bienvenue !) vous ne trouverez sans doute pas le titre de cet article très séduisant et je ne sais même pas si vous serez allé jusqu’à lire la première ligne de ce texte qui porte pourtant en lui tous les ferments d’une petite révolution. Si vous êtes toujours là, je vous en remercie et je vous promets de délivrer votre curiosité dans quelques lignes car, oui, c’est un événement qui vient de m’arriver aujourd’hui : j’ai vendu un scooter. Il faut que vous sachiez que d’ordinaire, je ne vends pas mes scooters (ou mes motos) mais qu’on me les vole. Près de 15 en 20 ans alors vous imaginez l’ambiance à la maison ce soir : c’est jambon ET coquillettes arrosés de Coca Zéro !
Et oui, en matière de deux roues, je suis plus habitué aux commissariats de police qu’au boncoin.fr. Je connais toute la procédure par cœur, la déclaration aux assurances (j’ai longtemps eu mon portrait sous la mention “Wanted“ chez Aviva), les galères, l’attente, les déclarations de vol en 3 exemplaires etc. Il m’est donc étrange de m’être débarrassé VOLONTAIREMENT d’un scooter dont je n’avais plus l’utilité depuis ma séparation avec celle qui posait quotidiennement son céans dessus. Il était vieux, abîmé et pas très sexy (je parle du scooter) mais j’ai eu un pincement au cœur en le voyant s’éloigner avec, pour la première fois, mon consentement.
Mon acheteur est un retraité avec qui l’affaire s’est réglée en 5 mn. J’en étais presque déçu lorsqu’il m’a dit : “je vous le prends“ sans essayer d’en négocier le prix. Je n’avais même pas tenté de le maquiller pour le rendre présentable en le shampouinant et le débarrasser de sa fine pellicule de sable qu’une averse d’avril avait déposée. Je crois qu’au fond, je n’avais pas très envie de le vendre…
La police municipale me l’avait retrouvé au mois de novembre dernier, 2 ans après son vol et j’étais heureux de le voir vivre une seconde jeunesse aux bras de ma jolie fiancée. C’était un rescapé, un miraculé, un des rares scooters que la police arrive à retrouver et je me sens un peu coupable après un tel miracle, de l’avoir bradé pour récolter quelques centaines d’euros. C’est un peu comme si Jésus revenait parmi les hommes, qu’il multipliait à nouveau des pains et que moi, j’ouvrais une boulangerie. Ce serait petit, non ?
Dans tous les cas, cela fait bizarre d’encaisser un chèque en se disant qu’on a VENDU un scooter. Où sont les voleurs ?? Cela va également faire 1 an que je possède mon ordinateur Mac (on m’en a volé 2 l’an passé) et je me demande à quoi ou à qui je dois autant de bienveillance.
Pourvu que ça dure…

5 Responses

Archives

sit id, ante. Donec vel, Lorem Nullam mattis

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer