Ce soir, c'est raclette !

cheddar en tranches carrefour 5119929 3560070168651Allez-y ! Foutez-vous de moi ! Un ami l’a déjà fait ce midi alors que nous déjeunions ensemble à la terrasse du Hard Rock Café de Marseille. Ayant entendu, lors de la prise de commande par notre charmante hôtesse tatouée, que je ne prenais pas de hamburger, celui-ci laissa baver son inquiétude, soucieux de mon état de santé (je suis son plus gros client). Je lui donnai alors la raison pour laquelle je m’étais décidé pour une simple salade Aragula : “je déjeune léger car ce soir je mange une raclette“. Mon ami explosa d’un rire gras et me posa une question somme toute logique si on se rappelle que nous sommes toujours en été et qu’il fait 27 C° dehors : “une raclette ???? Quel est le con qui t’invite à manger une raclette ce soir ??!!!“
Le con, c’est moi. Et oui, je suis à la recherche depuis ce matin de fromage à raclette et de viande des grisons… et j’ai franchement l’air bête dans les commerces où je me présente ! “Bonjour, vous auriez du fromage à raclette ?… Oui, oui, j’ai bien dit raclette.“ Introuvable ! Il me serait plus facile de dégotter 3 barrettes de shit plutôt qu’un paquet de fromage à griller.
Pourquoi ai-je eu l’idée saugrenue de préparer une raclette ce soir me demanderez-vous ? Et bien parce que j’héberge pendant quelques jours une amie béninoise sous mon toit et que son plat préféré est le met savoyard cité dans le titre de cet article. Elle repart jeudi et je voulais lui faire plaisir avant qu’elle ne retourne à sa gastronomie natale composée d’igname pilé et de manioc mais alors… quelle galère ! J’ai réussi à trouver du vin de Savoie en soudoyant un œnologue que je connais mais pour le fromage, j’ai du me rabattre sur un plan B : du cheddar en tranches appelé aussi “toastinette“ que l’on trouve au rayon frais et qui sert à la savante composition des hamburgers.
Se rendra-t-elle compte de la supercherie ? Je lui dirai que la raclette au cheddar est la dernière mode en France et j’espère que sa naïveté naturelle fera le reste.
Elle aurait pu avoir envie de manger une salade de tomates avec de la mozzarella mais non… je suis tombé sur LA SEULE béninoise qui connait la raclette et l’apprécie. Heureusement qu’elle n’a jamais gouté d’omelette norvégienne car sinon j’étais coincé…

20 Responses
  1. noname

    Bonjour Jean-François,
    Après plusieurs semaines sans visiter votre blog, je tombe (tardivement) avec stupéfaction sur cet article.
    1 – je vous rappelle que je suis à Moutiers en Savoie et que du fromage à raclette j’aurais pu vu en envoyer des wagons si vous m’aviez contactée (suffisamment tôt)
    2 – une béninoise ? s’agit-il de celle que je connais, enfin plus précisément de celle qui vient de Côte d’Ivoire et qui vit au Bénin ? si c’est le cas j’aurais été ravie de la revoir donc je vous remercie (amèrement) de ne pas m’avoir prévenue
    3 – et puisque vous parlez du Hard Rock Café : je ne sais toujours pas si vous avez reçu le colis que je vous ai envoyé, vous n’avez pas répondu à mes messages à ce sujet
    Désolée de laver notre linge sale en public et sur votre blog, mais là vous frisez l’incorrection mon cher.

    1. Chère Noname,
      C’est de ne pas avoir visité mon blog pendant plusieurs semaines qui est d’une grossièreté folle. Pour répondre à vos différents points, je vous dirai que :
      – je n’allais pas vous demander de m’envoyer par UPS du fromage à raclette car il aurait alors été le fromage le plus cher au kilo. Qui plus est, Catherine n’a pas vu la différence entre le cheddar et le fromage de Savoie et donc, je m’en sors plutôt bien sur ce coup.
      – la béninoise en question est bel et bien Catherine que vous avez croisée lors de votre périple africain. Vous détestant cordialement, elle m’a supplié de tenir secret sa visite en France de peur d’avoir à vous croiser de nouveau. Maintenant qu’elle est partie, tout incident diplomatique est écarté.
      – je vous avais prévenue, il me semble, de la bonne réception de votre colis que j’ai porté moi-même avec mes petits bras dans le temple du hamburger et du rock. Aux dernières nouvelles, vos verres vont être exposés près de l’impressionnant bar mais je n’ai aucune date pour le moment (ne travaillant pas sur place mais étant un simple mais fidèle consommateur).
      Mon linge est propre, limpide et il sent le Lénor.

  2. Noname

    Soit, pour la raclette vous avez raison, je n’en ferai donc pas tout un fromage.
    Catherine me déteste ? Zut moi je l’aime beaucoup. Et bien je continuerai à l’apprécier ! Passez lui mon bonjour ! Effectivement quand j’y repense, je l’ai demandée en amie sur Facebook à mon retour du Bénin, elle ne m’a jamais répondu. Ceci explique certainement cela. J’espere qu’elle va bien en tout cas !
    Quant à votre message m’informant de la bonne reception du colis et bien renvoyez le moi car sauf grave erreur de ma part je ne l’ai jamais reçu. Une photo des verres exposés me ravirait, sachant qu’ils ont passé les 22 dernieres années dans un carton, un peu de gloire leur ferait du bien. Au Hard Rock Café ils seront très beaux. Les 10 jours qu’ils ont passé dans mon salon il y a 22 ans c’était très moche.
    Bon tout n’est pas si propre de votre coté (je suis sure que vous n’avez jamais envoyé de message). Ca sent légèrement le gymnase comme dirait un ami (enfin surtout le mensonge éhonté et la mauvaise foi Cariasesque). Changez de lessive Jean-Francois

    1. Je transmettrai à Catherine vos amitiés ainsi que le reproche que vous lui faites de ne pas avoir répondu à votre invitation sur le plus grand réseau social au monde. Catherine va bien ; elle était en France pour acquérir un diplôme lui permettant de s’occuper des enfants et tout s’est bien passé pour elle.
      Vous me demandez de vous renvoyer le mail que je vous avais adressé concernant la bonne réception de votre colis mais je ne le ferai pas. Il est blessant que vous ne me fassiez pas confiance. Je souffre de voir ainsi foulée notre belle amitié, une relation si profonde tissée à la pelote de la fraternité et du respect partagé. La photo arrivera le jour où je verrai vos jolis verres exposés sous l’éclairage chaleureux du Hard Rock. Il reste que je suis étonné qu’une femme telle que vous, au bon goût reconnu et au sens artistique aussi pointu qu’un Opinel, se soit laissée aller à collectionner des verres Hard Rock Café. Je ne m’explique pas cette “absence“ passagère, ce “trou“ dans votre si joli CV.
      Pour finir, je ne changerai pas de lessive et je continuerai à laver mon linge au lavoir du Vieux Port, armé d’un méchant bout de savon de Marseille et de la seule force de mes bras.

Archives

Donec dolor. vel, mi, elit. at ut lectus sed ut nunc consequat.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer