Je suis venu vous dire que je m’en vais

FinNoM
Je suis en train de coucher les premiers mots de mon dernier édito. La semaine prochaine, je ne porterai plus la lourde casquette de rédacteur en chef de News of Marseille et c’est un autre qui dirigera ce journal que j’ai créé il y a un peu plus d’un an.
Pas facile d’écrire ses dernières pensées, moi qui avais tissé un lien si particulier avec vous au fil des 61 numéros de News of Marseille. Pour m’aider, je viens de mettre une chanson de Véronique Sanson que j’aime beaucoup “Ma révérence“. Elle commence par cette jolie phrase : “quand je n’aurai plus le temps de tout le temps trouver du courage… Je tire ma révérence.“
Je suis fier d’avoir créé ce magazine parti d’une feuille blanche et que vous lisez chaque semaine. Il a fallu tout construire, tout inventer et ce n’était pas gagné. Souvenez-vous des conditions dans lesquelles nous avons démarré… Je ne le souhaite à personne mais cela m’a forgé le caractère. J’ai appris. Mon derme s’est fait cuir, mes doutes sont devenus certitudes, ma naïveté a mué en clairvoyance, bref, j’ai mûri. Maintenant qu’on se quitte, je peux bien vous l’avouer, je m’étais fixé un seul objectif : tenir six mois.
J’ai failli tout arrêter après le premier numéro. Oui… J’ai failli me dégonfler, tout balancer tellement la pression était forte et puis… Je me suis dit que cela vaudrait peut-être le coup d’essayer. Quelqu’un à l’époque m’avait lancé que je commettais un “suicide professionnel“ alors il ne me restait plus qu’à prouver que j’étais immortel et à quitter les habits du pleutre pour enfiler ceux d’un combattant intrépide qui ne baisserait les armes que lorsqu’il l’aurait décidé.
C’est affreux, j’ai l’impression d’écrire un testament ! News of Marseille n’est pourtant qu’un épisode de ma vie, une très belle page que je tourne aujourd’hui sans regret ni amertume. Personne n’est irremplaçable et je sais que ce journal est plus fort que les hommes et les femmes qui le fabriquent. Je lui souhaite longue vie.
News of Marseille va se donner un nouveau cap et il lui fallait un nouveau capitaine pour affronter de nouvelles mers portées par de nouveaux courants. L’équipage reste mais j’ai décidé de rester à quai. La barre a été confiée à un homme, vieux loup de mer des médias qui saura mener, j’en suis certain, le navire à bon port.
Je voudrais remercier beaucoup de monde à commencer par vous, lecteurs. Y compris ceux, concurrents et néanmoins confrères, qui nous ont couverts d’une pléthore de critiques à nos débuts. C’est grâce à vous que j’ai su garder le cap et que chaque jour où j’ai travaillé pour ce journal, j’ai veillé à ce que l’impartialité et l’objectivité composent l’ADN de notre ligne éditoriale.
Merci à tous mes collaborateurs qui ont fabriqué à mes côtés ce drôle de magazine au ton si particulier. Il y a le noyau dur de journalistes qui collaborent chaque jour au journal et puis les autres, qui n’ont fait que passer : que chacun soit remercié pour ce qu’il a amené au journal. Je ne vous demandais qu’une chose : de l’ouverture d’esprit et de l’impartialité et j’espère que vous garderez gravée en vous de manière immarcescible la philosophie médullaire qui est la mienne : le journaliste ne doit pas “faire l’info“ mais en être l’observateur attentif, sans esprit partisan ni instinct grégaire.
Merci également aux équipes d’Hors Norme et en particulier Steven Briend, le brillant directeur de création qui a conçu ce si joli site et Soufiane Saghir, le web manager thaumaturge, qui a su accomplir par moment des miracles pour que nous puissions triompher de l’adversité.
Merci à mon actionnaire, Alexandre Guérini, qui m’a laissé une totale liberté pendant 61 numéros pour faire le journal que je souhaitais vous offrir. Beaucoup de choses ont été écrites et dites sur cet homme que la presse aime à croquer sous les traits d’un malandrin mais bien peu le connaissent. L’avenir et la justice diront dans quelques mois ou quelques années s’il méritait un tel traitement. Quant à moi, je garderai de lui le souvenir d’un homme juste, remarquablement intelligent, fidèle, généreux, intransigeant, qui a toujours respecté sa parole et qui n’est JAMAIS intervenu dans la fabrication du journal.
Je voudrais enfin remercier toutes les personnalités qui ont accepté de témoigner devant nos caméras. Je pense aux tout premiers d’entre eux, les hommes et femmes politiques qui m’ont confié leurs paroles alors que nous étions suspectés d’être turpides et indignes. Je crois pouvoir affirmer que je n’ai jamais trahi une pensée ou une parole qu’ils m’auront confiée et que nous aurions rapportée dans News of Marseille.
Voilà, cet édito touche à sa fin. Ce n’est d’ailleurs pas vraiment un édito mais vous l’aurez remarqué, je me moque des convenances et bouscule l’ordre établi avec délectation.
A ceux qui se demanderaient ce que je vais devenir, je leur répondrai sincèrement que je n’en sais rien. Je ne pars pas pour autre chose, un autre poste, une autre aventure. Je n’ai jamais eu de plan de carrière et j’ai toujours voué une confiance aveugle à mon ange gardien qui ne m’a jamais déçu même si parfois, il m’est arrivé de me demander s’il n’était pas en RTT…
Je ne connais pas mon avenir et vous savez quoi ? Je trouve cela très excitant !
MERCI

6 Responses
  1. …On s’est quand même bien marré.
    Mais tu cites Sanson ( pas le virtuose, ni le chevelu, mais la chèvre), je t’envoie donc en retour un mauvais Pagny issu de la Pampa :
    « Non vous n’aurez pas, ma liberté de penser ».
    (blanc)
    …Un grand bravo donc pour ta droiture éditorialiste durant ces 61 numéros. Ce qui est tout simplement remarquable (va voir cela dit tes camarades du Figaro pour leur expliquer ce que c’est, la neutralité 😉 .
    bref,
    … Quelques kilos de finesses dans une ville de brutes… Jeff… t’en fais pas…
    Tu pars avec ton public, reconnaissant sois en convaincu de cette bouffée d’air frais que fut News of, épisode 1,
    S.

  2. Dark Vador

    Merci Jeff pour tes écrits
    Tu m’as permis de passer de bons lorsque j’étais loin de ma famille en pleine mers pendant les opérations contre la Lybie…ou au large du Pakistan.
    Tu t’étais posé la question de savoir qui j’étais derriere ce masque de Dark Vador, alors maintenant que le couperet tombe, que le gong retenti, que le rideau descend je vais te reveler mon identité…
    Non je ne suis pas ton père comme fût une réplique moulte fois reprise par tout ceux qui sont fans de G. Lucas….je suis tout simplement le mari de Cathy l’ami de Corinne.
    Nous ne nous sommes rencontrés qu une seule fois pour un gala de l’ESC à l’Odéon dont l’invité principal était Eli Kakou c’est dire que cela ne date pas d’hier.
    J’ai toujours eu plaisir à te lire donc j’espère que tu vas redémarrer quelque chose d’autre afin de nous faire partager ton écriture.
    Bon courage pour la suite
    dd

  3. Merci à tous.
    Cela plaisir de savoir que je suis un divertissement pour l’armée française en mission. C’est ma médaille d’honneur à moi ! Je ne combats pas et je ne risque pas grand chose de là où sont posées mes fesses et je suis très fier de savoir cela : merci Anakin Skywalker !
    Je n’ai rien de prévu pour le moment et cela fait du bien de ne pas prévoir. J’ai toujours mes émissions sur France 3 jusqu’en juin… des spots de pub à tourner pour EDF mais après… je ne sais pas. Quelqu’un m’a écrit récemment ceci : “saute et le filet apparaitra“. J’ai sauté, j’espère qu’il y a un filet !

Archives

justo adipiscing Sed dapibus Nullam velit, consequat. ut accumsan risus. vel, suscipit

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer