Privé de vacances

81270566

Initialement, je devais être en ce moment sous des bourrasques de grêles à Mulhouse, chez mon amie Anne-Laure, rencontrée maintenant il y a presque 2 ans au Bénin. Elle a eu la riche idée de trouver un stage de fin d’étude dans cette riante bourgade alsacienne… Faut le faire quand on est marseillaise, non ? Autant se pendre à un croc de boucher que d’aller s’enterrer (au vue des chiffres pluviométriques fournis par Météo France, je devrais dire “noyer“) à Mulhouse. Je lui avais promis de passer la voir avec mes enfants pour la Toussaint oui mais voilà… C’était sans compter la grève des aiguilleurs du ciel marseillais. Le nord du pays a la grêle, nous on a les grèves. Chacun sa plaie.

Ma fille avait reçu comme cadeau d’anniversaire de la part de sa maman, un voyage à Londres. Toutes les 2 sont parties lundi dernier et devaient revenir jeudi… mais à cause des grèves, elles ne reviendront que lundi. Mon long week-end avec eux a explosé en vol. Je ne suis pas parti à Mulhouse où un programme alléchant avait été concocté par Anne-Laure… Je me retrouve seul à Marseille alors je glande, je travaille (peu) mais surtout je glande. Je regarde la pluie tomber à verse par les fenêtres de mon logis sur le tas d’ordures qui n’a toujours pas été débarrassé par la communauté urbaine. Je compte les rats et je tue des cafards à coups de bombe insecticide. Bref… je n’ai pas une minute à moi et je m’éclate comme un fou.

Si. J’ai fait un truc intéressant aujourd’hui : j’ai regardé un film d’Otto Preminger avec Kim Novak et Franck Sinatra que je n’avais jamais vu : “L’Homme aux bras d’or“ (The man with a golden arm). L’histoire d’un homme sorti de l’enfer de la drogue grâce à la musique et qui y replonge à la faveur de mauvaises rencontres. Grand film de 1955 en noir et blanc.

J’ai aussi reçu un appel du Bénin. Du village de Togbota exactement, durement touché par les inondations et qui lentement revient à la vie. Louis, un homme du village, m’appelait pour m’inviter à son mariage le 8 décembre. Il devait se marier en début d’année mais les récoltes n’avaient pas été bonnes et il avait dû reporter la cérémonie. Le 8 décembre, cela fait short pour m’organiser et je lui ai répondu qu’il allait être difficile pour moi d’être présent dans 1 mois là-bas, mais on ne sait jamais… Ce pays est comme la drogue après laquelle Sinatra courait dans le film que je viens de finir de regarder : on est vite en manque. Je ne saurais en expliquer les raisons mais le Bénin m’a charmé. Envoûté, plus exactement. C’est à cause des esprits de la forêt sans doute.

Je dois vous laisser, je vois une grosse blatte qui attend que je lui dioxine la carapace.

Archives

Aenean risus. accumsan luctus ut ante. facilisis

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer