Tag

don

iStock 455206011
Il y a des moments où je me dis que la vie est vraiment belle, que l’espoir est toujours quelque part, ne demandant qu’à être découvert, telle une truffe posée sur un matelas d’humus, sous une couverture de feuilles d’automne. On ne la voit pas, on ne la sent pas encore mais elle est là, fantastique trésor des gastronomes, caché à l’abri des regards, tel un butin de pirate perdu dans une épaisse forêt. Elle se donnera au plus téméraire, au plus méritant, plus rarement au chanceux.
L’espoir est ainsi : on ne le voit pas toujours et on en vient parfois à se demander s’il existe vraiment, si ce n’est pas une chimère, une histoire que certains se racontent pour se rassurer et se donner le courage de continuer. L’espoir est blagueur, il aime jouer à cache à cache. Plus nos angoisses sont tenaces, plus nos doutes nous asphyxient et plus ses cachettes sont pointues, élaborées, reculées… plus l’espoir est difficile à débusquer. Mais quant on y arrive, quand on le tient enfin, quelle joie !
Je l’ai trouvé cette semaine, ce foutu espoir après qui je courrais depuis quelque temps. Il se terrait du côté de Hong-Kong, de Bagnols-sur-Cèze, de la Calanque du Port d’Alon avant de se faufiler en bas de chez moi. “Coquin de sort !“ comme dirait un personnage de Marcel Pagnol ; l’espoir se faisait globe trotteur et s’amusait à traverser les fuseaux horaires, à s’affranchir des distances et se grimer pour que je ne le trouve pas. (suite…)

Capture d’écran 2016 09 23 à 20.39.06
C’est avec grande fierté et un certain plaisir que je vous annonce le lancement du site internet de mon association Les Enfants de Togbota. Précision : je l’ai fait tout seul ! Et oui, je me suis lancé et j’ai financé sur mes deniers personnels tous les frais afférents au lancement du site (achat nom de domaine + hébergement).
Allez-y, découvrez-le et sachez que vous pourrez faire un don en ligne ! Carte Bleue et PayPal sont acceptés, il vous suffit de cliquer ici.

14002311 622121624613523 470687918 o
Hier nous sommes partis à Togbota, à 2 heures et demi de “route“ de Cotonou, afin d’y distribuer les vêtements et jouets que mes amies Ségolène et Catherine m’avaient confiés. Idem pour la mère de mes enfants qui avaient vidé pour l’occasion ses armoires pour remplir nos valises.
Je pensais que, vu la quantité de bagages à emmener et le nombre de passagers que nous étions, nous prendrions un taxi brousse mais non… nous y sommes allés en moto. Et j’en ai conduit une ! Oui, je me suis laissé convaincre que je saurai conduire sur les pistes ocres africaines et j’ai donc accepté le challenge. Je ne sais pas combien de fois nous avons évité la mort ma fille et moi, juchés sur une moto de fabrication chinoise sans frein arrière et dont toutes les vitesses se passaient en poussant sur le sélecteur de vitesses (les motards comprendront que c’est l’inverse de toutes les motos circulant dans le monde). J’ai mis un peu de temps à comprendre pourquoi le moteur faisait tant de bruit quand je passais les vitesses alors que je rétrogradais…
Après avoir évité des piétons chargés de bois/fruits/piments, des porcs en liberté cherchant quelque nourriture à se glisser sous le groin, des chèvres traversant la piste devant vos roues, des enfants chantant sur le bord de la route en vous saluant joyeusement de la main, nous avons rejoint le village de Togbota. Il nous aura fallu deux (longues) heures de moto surchargées de bagages qui nous faisaient perdre l’équilibre à chaque coup de guidon destiné à éviter les obstacles sus-nommés mais nous sommes arrivés entiers.
Nous avons d’abord visité “ma“ ferme, entretenue par Léonel qui a récemment planté du riz. J’espère que cette nouvelle culture donnera de bonnes récoltes au mois de janvier prochain. Ensuite, nous avons traversé le fleuve Togbo pour nous rendre à l’école et y distribuer les fameux vêtements.
Il n’y en a pas eu assez. Il n’y en a JAMAIS assez et c’est assez désespérant de les voir rentrer un par un dans la case pour essayer qui une jupe, qui un tee-shirt, qui une paire de chaussures et ne pas voir la longue file d’attente diminuer alors que le tas de vêtements, lui, fond comme neige au Bénin.
Ma grande joie de père fut d’observer mes enfants très actifs durant cette distribution : ils avaient classé les vêtements par sexe : femmes, hommes et un tas pour les enfants. Ils en avaient fait un autre avec les quelques jouets et accessoires que nous avions amenés avec nous : boite à musique, balles, chouchou, bracelets de perles en plastique, poupée…
Ils tentaient d’endiguer tant bien que mal le flot des enfants, repérer au dehors ceux dont la taille serait susceptible de coïncider avec une petite jupe rose à poids ou un jean “Orchestra“. Je leur avais appris à regarder leurs pieds nus afin de jauger leur pointure et faire le lien avec les chaussures en stock. Petite anecdote truculente : un adolescent voulait absolument rentrer dans des chaussures de femme, ce qui nous a tous donné l’occasion de rire au milieu de notre étouffante braderie. Nous lui avons expliqué que c’était des chaussures de femmes et que ses grands pieds taille 43 ne rentreraient pas dans des sandales taille 38 mais il ne voulait rien entendre et tentait de nous prouver qu’il pouvait y arriver. La question du sexe auquel étaient destinées ces chaussures n’avaient aucune importance pour lui (et je crois qu’il avait raison).
J’ai aimé voir mes enfants tenter de satisfaire le plus grand nombre et je crois avoir décelé dans leur regard d’enfant et d’adolescente de la joie sincère ainsi qu’un brin de fierté. Ce n’est pas donné à tout le monde d’habiller une soixantaine d’enfants 🙂
Les chaussures que mon fils ne voulaient plus mettre (car la mode dans la cour de son école privée change aussi vite que les couleurs d’un caméléon posé sur du tissu écossais), faisait briller les yeux d’un petit garçon qui les serrait contre lui comme si c’était le plus précieux des présents. J’ai vu une petite fille à qui la mienne offrait une petite robe avec de la dentelle, exploser pudiquement de joie intérieure.
La distribution de 3 baguettes de pain que nous avions amenées pour déjeuner a dégénéré en pugilat et mon fils était effaré de voir autant de mains se dresser vers nous pour saisir un simple bout de pain que d’ordinaire nous jetons à la poubelle quand il reste sur la table.
Mes enfants auront peut-être compris certaines choses essentielles durant ce voyage. Cela ne les empêchera pas de me demander pour leur anniversaire un manteau Kooples ou Sandro, un iPhone ou un nouvel ordinateur (Apple, forcément) mais après tout, je ne leur demande pas de changer de goûts vestimentaires ou de se détourner d’objets technologiques qui emplissent notre quotidien. Je suis, moi parent, également responsable de cette orientation. J’espère juste qu’ils auront vu que nos déchets, nos rebuts sont des trésors pour d’autres que nous. Peut-être auront-ils mieux compris le sens du mot “générosité“ ?
Avant de partir, on m’a tendu une enveloppe libellée à mon nom approximatif : “Monsieur le Président Accarias“. L’écriture maladroite et hésitante donnait une indication quant à l’âge de son auteur. Les formules de politesse se superposaient les unes aux autres, me donnant du “Monsieur le Président“ à chaque ligne, du “soyez béni par Dieu“ pour marquer la fin d’un paragraphe etc. afin de me demander de financer ses frais de scolarité (25 € par an pour aller en classe de 4e). Il m’expliquait dans sa lettre que l’an dernier il n’avait pu aller à l’école à cause du manque d’argent. 25 €… Deux places de ciné en 3D avec les lunettes. Si quelqu’un veut aider Fataï (c’est son nom) à retourner à l’école au mois d’octobre, vous connaissez le tarif. Sinon, c’est moi qui le prendrai en charge. J’en aide déjà un depuis le CM1 : il vient d’obtenir le Bac et je vais lui financer ses études de médecine à la rentrée (c’est toujours bon d’avoir un médecin dans ses connaissances).
Voilà le bilan de ce petit voyage plus humain que réellement humanitaire. J’ai essayé d’inoculer quelque chose à mes enfants et maintenant, à eux d’incuber. Ils feront ce qu’ils veulent de toutes ces richesses aperçues durant 2 semaines.
Une amie répète souvent à sa fille quelque chose de très beau que j’ai glissé à mon tour dans l’oreille de mon fils alors que nous étions sur la pirogue qui nous éloignait de la berge où nous saluaient des dizaines d’enfants : remplis-toi les yeux et n’oublie jamais.

142288809

Je me permets de vous relancer car on est pas loin du compte mais il faudrait vous mobiliser autrement qu’en m’encourageant verbalement. La bonne nouvelle est que j’ai été rejoint dans ma quête par une amie qui a décidé de partir avec moi à la rencontre des “sauvages africains“. Elle a commencé une collecte dans son coin et a récolté plus de 350 €. Désireuse depuis longtemps d’aller à la rencontre de ces êtres étranges que sont les béninois (qui arrivent à être heureux en ne possédant rien), elle m’a demandé si elle pouvait se glisser dans mes bagages, ce que j’ai accepté bien volontiers. Je l’ai bien prévenue que ce n’étaient pas des vacances et que la clim était, là-bas, un concept à peu près aussi abstrait que le sens de l’humour pour un taliban mais elle a persisté dans son obstination et elle va mettre sa vie personnelle entre parenthèses.
J’en suis pour ma part à 1 500 € récoltés soit au total à peu près la moitié de ce qu’il faut pour bâtir un château d’eau avec son système d’irrigation.
Alors s’il vous plait, sortez les doigts de vos poches et plongez-les dans votre porte monnaie pour m’envoyer 20 euros (ou plus) afin que l’on puisse y arriver. J’en ai parlé là-bas et ils m’attendent comme le messi. J’ai reçu les devis d’entreprises “certifiées“ par l’association Urgence Afrique et il me faut 3 900 € pour construire ce système d’irrigation.
Grâce à vos dons, une ferme solidaire pourra voir le jour. Fini les pénuries d’eau grâce au bâtiment qui collectera et stockera les eaux de pluie afin que les agriculteurs puissent arroser bananiers, ananas et piments. C’est pas le top, ça ?
Je vous rappelle également que je peux emmener 2 valises de 23 kilos (+ 2 valises de 23 kilos de la bénévole qui s’envolera avec moi) là-bas et que donc, vos jouets, médicaments, vieux téléphones portables (seuls moyens de communication sur place), vêtements d’été, chaussures… peuvent trouver une seconde vie sur place.
BOUGEZ-VOUS !
Chèque à l’ordre de Jeff Carias à envoyer ici :

Broken Arms Company
Opération Bénin 2013
2, rue Sainte Victoire – Marseille 13006

Je pars à Noël faire une mission humanitaire au Bénin et j’aurais besoin de vous. Enfin… de votre argent. Je cherche à collecter un maximum d’argent afin de l’injecter dans l’économie locale et acquérir du matériel scolaire, de l’alimentation riche en protéines pour les enfants en bas âge, du lait en poudre etc.
L’an dernier, j’avais récolté 3 200 € et j’avais pu acheter ceci : 738 mètres de tissu pour habiller 514 enfants, 150 kilos de lait maternel fabriqué sur place dans une coopérative de femmes agricultrices (7 familles ont gagné de l’argent grâce à cet investissement dans leur production), 947 biscuits au soja riches en protéines, 520 stylos Bic, 104 boîtes de géométrie, 532 cahiers, 104 livres de conjugaison et 1000 bâtons de craie.
L’argent récolté est allé INTEGRALEMENT dans l’économie locale car, contrairement aux associations, il n’y a pas de frais de gestion puisque je prends tous les frais à ma charge. J’attends vos dons avant le 18 décembre par chèque (à l’ordre de Jeff Carias) ou virement à cette adresse :

Broken Arms Company
Opération Bénin 2013
2, rue Sainte Victoire
13006 Marseille

L’an passé, j’avais réalisé un petit film sur l’opération que vous pouvez regarder ici. J’attends vos dons. Je sais que c’est dur en ce moment mais même avec 5 € on peut accomplir de grande chose sur place alors fouillez bien le fond de vos poches…

Merci.

J’avais envie de servir la cause des Petits Frères des Pauvres autrement qu’en donnant un peu de mon temps aussi je les ai invités dans mon émission.
Je n’ai pas compris pourquoi ils m’ont envoyé un stagiaire mais j’ai trouvé malgré tout un angle pour l’interviewer.
Si vous avez du temps à consacrer ou bien de l’argent à donner, rendez-vous sur le site internet de l’association ici

Archives

ut sit velit, Curabitur amet, commodo mattis quis quis, id odio vel,

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer