CARIAS VS MINISTÈRE PUBLIC, match retour

cour dassisses Aix
Je ne sais pas si vous vous souvenez de l’article que j’écrivais ici même il y a un an et qui concernait mon allergie au Code de la Route et la politique de plus en plus répressive de la maréchaussée à l’encontre des propriétaires de moteurs à explosion montés sur roue servant au transport de personnes ou d’objets. Pour ceux qui voudraient se remémorer mon “dossier“, il est consultable ici. Il concernait une ligne blanche que j’avais franchie à Aubagne en 2013 pour m’acheter un pain au chocolat dans une boulangerie bordant la route alors que mon véhicule était bloqué dans un bouchon.
Les deux fonctionnaires étaient postées à cet endroit car, “fréquemment, les automobilistes franchissent la ligne blanche pour se rendre à la boulangerie“ écrivirent-elles dans leur rapport, reconnaissant par la même que l’endroit était un piège à voitures. Il faut reconnaître que le Code de la Route connait par moment quelques ratés et qu’il n’est pas exempt de règles aussi bêtes qu’inutiles. Pourquoi ne pas permettre aux voitures de couper la voie à cet emplacement ? Le plan de circulation ne doit-il pas être revu plutôt que de verbaliser à la queue des automobilistes agissant en toute logique mais enfreignant du même coup  la Loi ? C’est cela qui me révolte : plutôt que de changer une règle qui semble absurde, on préfère poster deux policières (qui auraient certainement mieux à faire ailleurs, non ?) car cela rapporte gros au portefeuille de l’Etat.
Sauf que moi, ce genre de choses m’agace au plus haut point et que je m’en suis expliqué à l’époque avec les forces de l’ordre. Rien n’y a fait, les quotas, ce sont les quotas, nouvel équivalent de “la loi, c’est la loi“ autrefois en vigueur.
J’ai décidé de me battre, de contester, de remuer, de ne pas me laisser mener à l’abattoir sans beugler. J’ai malheureusement perdu en première instance en mai 2014 malgré la présence à mes côtés d’un avocat spécialisé et connu dans la France entière pour son expertise en matière de droit de la route : Maître François Sartre, avocat au barreau de Marseille.
Il plaide aux quatre coins de la France pour défendre les conducteurs que l’état pressure, cherchant la faille dans les procédures, une jurisprudence qui jouerait en leur faveur, bref, mettant tout son talent et son expertise pour contester cette monstrueuse machine qu’est l’état quand il s’agit de verbaliser les infractions routières (15 millions de points retirés en 2014, 90 000 permis annulés, 450 000 conducteurs roulant sans permis !). J’avais fait appel, sans illusion, de cette décision sur les conseil de Maitre Sartre et vint le moment de comparaître hier devant la Cour d’appel d’Aix-en-Provence.
Maitre Sartre trouva la faille : un procès verbal mal établi et manquant de précision par certains aspects essentiels. Ce fut reconnu par la Justice… et je fus relaxé. Je récupère tous mes points perdus et je ne payerai pas l’amende de 200 € au Ministère Public.
Quelle joie de vaincre le système ! Quel plaisir de faire reculer la loi quand elle est inadaptée et liberticide. Je ne ferai sans doute pas changer la ligne blanche en pointillée et c’est bien dommage mais parfois Maitre Sartre arrive à faire démonter un panneau Stop, un Feu Rouge inutile ou modifier un rond point.
La semaine passée, il a été jusque devant le Conseil Constitutionnel pour plaider la cause d’un de ses clients ! Lionel Jospin, Valéry Giscard d’Estaing, Jean-Louis Debré et ses copains ont eu à discuter de l’Amende Forfaitaire Majorée ! Et en plus, la séance a été filmée et vous pouvez voir MON avocat plaider cette question devant la plus haute juridiction de la République. C’est pas classe, ça ? Bon, je vous préviens, c’est très chiant mais c’est jouissif de regarder un avocat plaider le droit et contester une décision des tribunaux où des retraits de points et même de la prison avec sursis avaient été décidés.
Maitre Sartre devant le Conseil Constitutionnel
Merci à lui dans tous les cas car en plus d’être un bon avocat, c’est un être humain délicieux avec qui j’ai toujours grand plaisir à discuter.

Archives

porta. id risus. tristique consequat. libero. dolor sed in

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer