Je suis allé chez un rebouteux (part II)

header
Perdu dans ce salon aux couleurs criardes et à l’ambiance mystique, j’attendis, docile, les consignes de mon mystérieux thérapeute et remontai machinalement la manche de ma chemise droite pensant naïvement que c’est de ce côté-ci que l’action allait se dérouler. Non. Assis sur une inconfortable chaise en bois, le bras nu, je dus tout d’abord répondre à une flopée de questions aussi diverses que : mon groupe sanguin, mes traumatismes d’enfant, mon heure de naissance, mon activité professionnelle, mes peurs, mes habitudes alimentaires… Pendant cet interrogatoire qui n’avait rien à envier à la Gestapo, le docteur Mengele, debout près de moi, compulsait un vieux livre à l’allure de grimoire qui semblait lui donner des indications précieuses quant à mon état de santé et ma personnalité.
J’appris un tas de choses intéressantes notamment sur les aliments qui sont néfastes pour moi : les beignets, les frites, le gras double, la couenne, l’huile, les Chocobons, les chips, le beurre de cacahouètes, le Nutella… et ceux que je peux ingurgiter en grandes quantités : les salsifis, le chou-fleur, les navets et les betteraves. Qui l’eut cru ?
Après cette intéressante conversation où j’en appris de belle sur la manière de s’alimenter correctement, elle me demanda de fermer les yeux, ce que je fis aussitôt. Je sentis alors qu’elle se déplaçait autour de moi en faisant de grands mouvements avec les mains. Curieux de savoir ce qui provoquait ces déplacements d’air autour de ma personne, je cillais des yeux pour épier ce que ma sorcière était en train de fabriquer. Je faillis éclater de rire en la voyant saisir l’air devant ma cage thoracique pour le rejeter 40 cm plus loin sur ma droite. J’intervins au bout de quelques minutes pour lui re-préciser que c’était au bras droit que se situait ma tendinite mais elle me fit taire, murmurant des mots incompréhensibles, borborygme mélangeant le polonais et l’araméen.
Après de (très) longues minutes où elle tenta (en vain) d’évacuer la totalité de l’air de la pièce à mains nues, elle prononça ces mots qui restent gravés dans ma mémoire : “maintenant, je vais pratiquer sur vous de l’acuponcture… sans aiguilles. Uniquement par la force du mental“. Je pensai alors lui répondre : “et moi, tout à l’heure, je vais te payer… sans argent. Uniquement par la force du mental !“ mais je n’en fis rien. Je la laissai planter ses aiguilles imaginaires dans mon bras et je dois reconnaître que l’acupuncture sous cette forme n’est pas du tout douloureuse.
J’ai passé deux heures (oui, deux heures !) chez ma thérapeute transcendantale avant qu’elle n’accepte de me relâcher contre 50 €. Elle m’a expliqué que j’allais me sentir fatigué mais elle me promit que mon bras ne ressentirait plus de douleur d’ici 48 heures.
J’étais déjà fatigué en partant de chez elle, le dos fourbu par sa chaise en bois brut et 6 jours après cette séance, j’ai toujours mal au bras. Elle m’a proposé, alors qu’elle me raccompagnait à sa porte, que nous fassions une deuxième séance si les douleurs persistaient. Je lui rappelai que j’habitais Marseille et que cela ne serait pas pratique mais elle me répondit : “aucun problème, on pourra faire une séance par Skype.“
J’ai rencontré le premier rebouteux 2.0…

8 Responses
  1. Ladecool

    Dieu que cette anecdote est contée avec truculence. Quel plaisir de te lire Jeff ! j’ai moins l’occasion de venir sur ton blog mais le plaisir n’en est que plus intense !

    1. Et tout vrai Ladecool ! Je viens de me faire relancer par mail par ma sorcière 2.0 et je ne sais pas encore ce que je vais lui répondre 🙂 Merci à toi. Je t’embrasse.

  2. Noname

    Bonjour Cambresine ! Ravie aussi ! Et j’espere qu on aura l’occasion de se rencontrer un jour pour de vrai ! Et au fait, je ne vois plus Poupinette ? Jeff ??

Archives

ut eleifend felis dolor. ante. mattis non

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer