Un requiem bouleversant

Lundi soir, je me suis rendu à l’Abbaye de Saint Victor de Marseille pour assister au Requiem de Mozart par l’orchestre philharmonique de la République Tchèque et le chœur et les solistes de l’Opéra de Prague.
C’est la première fois de ma vie que j’assistais à un concert de musique classique et je n’étais pas sûr d’en maitriser les codes. Muni de mon billet dans le “carré d’or“ qui laissait supposer que j’étais bien placé, je trouvai une place… au premier rang. Devant l’orchestre !
Le Requiem de Mozart m’a toujours bouleversé et je crois que cela date du film de Milos Forman Amadeus. Je me souviens avoir pleuré à chaudes larmes lorsque, à la fin du film, on voit le corps du génie jeté dans la fosse commune sous la pluie et dans la boue. La musique porte ces images qui sont restées gravées en moi jusqu’à maintenant. Je m’étais toujours promis d’assister un jour au Requiem de Mozart mais je voulais quelque chose de grandiose avec beaucoup de musiciens et un chœur imposant. Je ne fus pas déçu…
J’avais aussi une certaine appréhension car je sais que la musique, quand elle est belle et interprétée dans un lieu aussi magique que l’Abbaye de Saint Victor, peut vous mettre dans des états seconds. En d’autres termes, j’avais peur de m’écrouler en pleurs.
Quand l’orchestre s’est mis en place, j’étais décontenancé. Il n’y avait que 10 musiciens à corde perdus dans le chœur de l’église. Ben merde alors ? C’est quoi cette arnaque ? Je regardais de tout côté afin de voir si j’étais le seul à réagir à cette tromperie. Alors quoi ? On marque “orchestre symphonique“ sur l’affiche et puis on vient en douce avec 10 instruments à corde en pensant qu’on verrait rien ? Le public ne broncha pas et j’étais le seul à remuer sur ma chaise, bouillonnant et ayant l’envie folle de hurler “remboursez !“.
Les 10 pauvres musiciens ont commencé à jouer un air qui n’était même pas le Requiem de Mozart !! Non mais je rêve ! Escroquerie en bande organisée que ça s’appelle dans le Code Pénal ! Je m’imaginais déjà me rendre à la Fnac dès potron minet pour demander le remboursement intégral de mon billet pour tromperie tout en me réservant le droit de porter l’affaire devant les tribunaux compétents !
Et puis… après un morceau, qui était en fait une introduction, j’ai vu rentrer des trompettistes, des hautbois, des clarinettes, un joueur de tambour, d’autres violoniste… il ne manquait qu’un joueur de maracas et on affichait complet. Le béotien que j’étais, n’avait pas compris que cela se passe toujours ainsi dans un concert : l’orchestre se met en place en plusieurs étapes…
Après l’orchestre, le chœur s’est mis à rentrer à son tour en silence. Les femmes en robes noires et les hommes en smokings impeccables. Enfin, cerises sur le gâteau, les 4 solistes sont arrivés en dernier pour se placer de chaque côté de l’artère centrale. La soprano s’est assise devant moi ! Nos genoux se touchaient presque et je fus longtemps gêné de sentir ses yeux balayer les gens du premier rang dont j’étais. Je sentais son souffle, je contemplais sa concentration et admirais son “recueillement“ avant chaque solo et je me suis dit que j’avais une chance inouï d’être placé là, devant les deux solistes féminines ; de les voir “travailler“ de si près.
Ce fut… magnifique et j’ai eu l’impression que mon visage est resté pétrifié pendant 1 heure. Je luttais pour retenir mes larmes, ma gorge se serrait un peu plus à chaque montée vocale du chœur qui provoquait des frissons dans tout mon corps. J’avais mal à chaque fois que je déglutissais et je m’apercevais que parfois, j’en oubliais de respirer ! Je vivais une expérience physique…
Qu’il était beau d’entendre toutes ces voix se mêler les unes aux autres suivant en cela des partitions différentes établies de manière précise et rigoureuse il y a plus de 2 siècles par le divin compositeur.
Le chef d’orchestre rayonnait de bonheur et j’avais la chance, de ma place, de pouvoir scruter chaque expression de son visage. Il VIVAIT le Requiem et faisait passer sa passion à l’assemblée qui se tenait debout face à lui. Tout simplement incroyable. Un grand moment que je voudrais partager avec vous.
Regardez cet extrait et laissez-vous emporter par la musique…

7 Responses
  1. Noname

    Merci, merci, MERCI ! Pour nous faire partager ce beau moment et pour la musique ! C’etait magnifique ! A Annecy je suis tres souvent allée écouter des concerts de musique classique dans les églises dont un orchestre composé des meilleurs solistes russes, qui ont joué des morceaux classiques espagnols et orientaux (surprenant), et ont terminé par un Bolero de Ravel divinement joué. Donc avec Mozart, j’imagine que vous êtes régalé.
    Je note que vous etiez encore prêt à partir en croisade judiciaire, j’ai eu peur…

Archives

in venenatis fringilla eget odio mattis id, id libero eleifend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer