Bonne arrivée !

GOPR0438
Ça y est, je suis arrivé à Cotonou, dans cette ambiance unique composée d’un joyeux désordre et d’une lenteur gastéropodesque. Après divers retards aériens cumulés, nous sommes arrivés dans le petit aéroport de la capitale économique du Bénin que j’ai découvert en travaux. Il en avait bien besoin et sans ressembler tout à fait à Kennedy Airport, il pourra bientôt passer pour un vrai “aéroport“.
Après le contrôle de la douane ou 3 fonctionnaires corrompus et fatigués tamponnaient mécaniquement votre passeport après avoir fait mine de le contrôler, vous devez passer à l’étape la plus cruciale, la plus dangereuse de votre voyage. Cela ressemble à une immense loterie où des centaines de joueurs prient pour remporter le gros lot : récupérer leurs bagages. Le suspens est insoutenable, l’attente interminable : 1 heure. Imaginez les passagers d’un A340, agglutinés autour d’un tapis roulant qui serpente dans une salle étroite et crachant au compte goutte quelques bagages éparses qui tournent et retournent devant vous sans que personne n’en veuille. Vous repérez dans un coin de la salle, une montagne de bagages entreposée sans surveillance et cela vous angoisse car vous savez par expérience ce que ce monticule signifie : ce sont toutes les valises perdues des vols précédents qui attendent leurs propriétaires.
Les bagages ne ressemblent pas à ceux que l’on voit tourner dans les rutilants aéroports modernes d’Asie ou d’Amérique du Nord. Point de Delsey ou Samsonite ici, non… mais de gros sacs en plastique filmés, d’immenses cartons renfermant on ne sait quelle marchandise et sur lesquels se jettent des porteurs en blouses bleues guidés par les mains autoritaires de leurs riches propriétaires. Etant donné que chaque africain revenant au pays se charge d’une multitude de produits introuvables dans son pays, ce petit espace réduit ne désemplit guère au fur et à mesure que les bagages arrivent. En effet, il en manque toujours un pour pouvoir déguerpir…
Quant à nous et nos 5 bagages en soute, nous avons pu voyager avec pas loin de 100 kilos de marchandises grâce à l’intervention d’un ami à moi (le plus vieux que je me connaisse puisque nos mères se fréquentaient alors que nous n’étions que des embryons d’être humains) qui est commandant de bord sur Air France. Grâce à quelques appels bien placés, il a pu nous faire embarquer sans supplément, tous nos bagages remplis de VOS affaires. Nous avons économisé 200 € grâce à lui : que le commandant Lolo soit ici remercié.
A l’arrivée, j’ai été accueilli par mon ami Eugène et par la maman de Georgiana qui était venue récupérer des affaires que lui faisait passer sa fille par mon entremise. Des biens précieux qui ne pouvaient transiter par la poste : 5 boîtes de Caprice des Dieux et une cafetière à pressoir made in Ikea. Elle semblait ravie de ses cadeaux (surtout le Caprice des Dieux) et nous avons pu ensuite quitter l’aéroport avec un seul objectif : se sustenter et dormir d’un sommeil réparateur. Demain : tri des vêtements et des affaires ramenées et établissement d’un programme pour la semaine.

5 Responses
  1. vervloet laurent

    Cher Jeff
    J ai lu ton histoire à l aéroport du bénin et cela m à détendu.
    Je suis à Dakar depuis 3jours et je reconnais toutes tes anecdotes.
    La seule différence est que je n ai toujours pas récupéré nos bagages…
    Et la c est dur car les habits chauds du départ sont guère utiles pour les visites.
    Bises et bonnes fêtes

    1. Cela m’est arrivé l’an passé et j’ai récupéré ma valise 2 jours avant de repartir ! J’espère que cela ne t’arrivera pas car passer les fêtes de Noël en pull-over par 32 C° à l’ombre, cela peut être pénible.
      Passe (malgré tout) de bonnes fêtes et un très beau début d’année avec les tiens.

  2. Roch

    Super tu y retournes encore ! J’avais attendu une semaine mon sac l’année de notre délicieuse rencontre! Fais un gros bisou à Eugène de ma part !
    Profite et au plaisir de te revoir !
    Yovo crado

    1. Yovo Crado ! Je viens de faire la bise à Eugène de ta part et je ne sais pas pourquoi mais il a filé sous la douche ! Il y encore des photos de toi au mur du bureau et ça permet de conserver des souvenirs. Demain soir, soirée de Noël à Togbota au sodabi ! Je boirai à ta santé. Grosses bises à toi de la part de tous les enfants (dont une grande partie te ressemble énormément).

Archives

dolor. efficitur. elit. at felis sit nunc quis, felis diam id

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer