Je suis un petit frère des Pauvres

8ff661e3 e1337949362966J’ai longuement hésité et puis je me suis jeté à l’eau : j’ai rejoint les “petits frères des Pauvres“. Pourquoi ? Je crois que c’est la conjonction de plusieurs événements dans ma vie qui m’ont fait franchir ce pas. Tout d’abord, l’épisode que je vous narrais il y a quelques jours concernant ce couple que je n’avais pu aider alors que j’étais dans un établissement bancaire et puis aussi le douloureux constat que l’aide que je tente d’apporter au Bénin n’est pas efficace. J’ai de plus en plus de réserves quant à l’association caritative avec laquelle je collabore sur place et le fait que le dernier container ait mis 6 mois à être dédouané a un peu douché mon enthousiasme… Je n’ai eu aucun retour quant à la distribution des fournitures qu’il contenait et, je l’avoue, j’en ai été blessé. Dépenser autant d’énergie et d’argent pour ne rien apprendre de ce que VOTRE générosité (c’est vous qui avez rempli ce container) a généré de joie sur place est assez frustrant. Enfin, dernier élément, la période de relative inactivité que je m’apprête à vivre et un relatif confort matériel me font culpabiliser quant à ma place dans la société.

Vais-je passer mon temps à voyager de par le monde et à profiter des plaisirs que la vie me tend sans “rendre“ un peu de tout ce bonheur ? C’est bien mal connaître les sentiments de culpabilité qui m’assaillent de toute part dès qu’un trop grand bonheur surgit dans ma vie. Aussi, quand j’ai reçu un communiqué de presse appelant les bonnes âmes à se mobiliser pour aider l’association durant l’été qui arrive, je n’ai pas hésité une seconde et j’ai répondu présent.

Je vais consacrer quelques journées du mois de juillet à passer du temps avec des personnes âgées. Je n’ai aucune idée de ce que je vais devoir faire et pour l’instant mon engagement se limite au remplissage d’une fiche et à ma présence silencieuse lors d’une réunion au siège de l’association. Une très vieille femme m’a accueilli fort gentiment. Au début, j’ai cru que c’était une vieille personne dont je devais m’occuper, une sorte de test que les volontaires devaient passer avant de rentrer dans le vif du sujet ; mais quand j’ai commencé à lui brailler dans les oreilles : “alors comment elle s’appelle la petite dame ?“, celle-ci m’a répondu fermement “elle s’appelle Suzon et elle vous demande de parler moins fort et de vous assoir sur cette chaise“. C’était la présidente…

Ils ont été surpris de voir quelqu’un de si “jeune“ vouloir aider des personnes âgées et quand l’un d’entre eux m’a reconnu, il pensait que je venais en repérage pour un futur reportage sur l’association. Il est clair que je vais avoir un gros succès auprès de ce public que je partage en grande partie avec France 3… Le “monsieur de la télé“ qui les emmène passer du temps au soleil en mini-bus, pensez donc !

J’appréhende, à dire vrai, de pénétrer un monde qui m’est totalement étranger. Un peu comme l’avait été le Bénin pour moi il y a 3 ans. Le monde que je vais rencontrer est celui de la précarité, de la solitude, de la maladie, de la pauvreté… de la misère sociale. Le choc peut être tellement grand que je vais suivre une formation afin que l’on m’apprenne à gérer tout ça et à ne pas éclater en sanglots dès que je regarderai les Chiffres et les Lettres à la télévision.

Je crois que le fait de vous raconter ce que je ressens et comment je vais vivre cette expérience de vie m’aidera beaucoup à prendre du recul.

J’ai déjà répondu non à une question figurant sur la fiche que j’ai remplie : “Accepteriez-vous d’effectuer la toilette des personnes âgées ?“. Déjà que j’ai eu du mal avec la toilette de mes enfants… Faut pas pousser mémé dans les orties !

1 Response

Archives

lectus consequat. accumsan id, Curabitur efficitur. libero

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer